doudmexico

Enfin!!! Finis les mails de 5 pages. Avec ce blog tu lis ce que tu veux quand tu veux! Para los cuates mexicanos que visitan este sitio: Lo siento cabrones, todavia no hay mensajes en espanol pero se lo juro que voy a poner uno...al ratito. Es en serio!

miércoles, octubre 18, 2006

 

quelques paysages




viernes, septiembre 15, 2006

 

Photos en vrac: Juste pour le plaisir des yeux!


















sábado, septiembre 09, 2006

 

Pinche imigracion

Il faut que je vous raconte un truc, je crois que ça vaut vraiment le coup.

Vous vous souvenez que dans mon dernier mail j’avais qqs problèmes avec l’immigration.

Jeudi 26 juillet
Figurez-vous que je suis allé à l’immigration jeudi dernier, espérant qu’ils aient (enfin) mes papiers. J’arrive donc vers 10 heures du mat’, incroyable ! Il n’y a personne, je n’ai pas besoin de faire la queue pendant 30 min. Je vais donc direct au comptoir ou toujours la même demoiselle m’attend, je sors mon papier d’identification avec les références de mon dossier. Elle s’en va récupérer mon dossier et la JOIE !!! Au lieu de revenir les mains vide comme les 5 dernières fois, elle dépose les papiers en m’expliquant qqs trucs sur ma situation. J’avoue que je n’écoutais que d’une oreille mais déjà la situation paraissait étrange car normalement je devais juste sortir mon passeport, signer les papiers et qu’elle me dise quand et combien je devais payer pour pouvoir changer mon statut d’étudiant en celui de travailleur. Mais au moment ou j’ai entendu la phrase « Tu as 30 jours pour quitter le pays » j’ai sursauté et je lui ai demander de répéter ce qu’elle était en train de dire. Je vais pas vous la faire dans le détail car la conversation a durée facilement un bon quart d’heure.

Le truc c’est qu’en arrivant au Mexique j’ai eu un VISA étudiant (FM3) qui était valable pour une durée de 6 mois bien que mon échange a l’Université ne dura que 4 mois. Je suis donc rentré en France au mois de Mai puis de retour au Mexique j’ai sorti mon FM3 disant « coucou je suis étudiant ». Ce n’était pas par malveillance ou quoi que ce soit, juste que mon FM3 était toujours valide. Toujours est-il que le bin’s c’était ça, ce petit détail dans mon CV qui faisait que j’étais une personne en situation irrégulière, un délinquant (c’est écrit dans le rapport de l’immigration…).
OK, je garde la tête froide, je lui demande donc quels sont mes recours.
« Deux options » me dit-elle. « Soit tu fais une demande en appel de la révision de ton dossier, ce que je ne te conseille pas puisque ça va prendre entre 6 et 8 mois « (donc 1ere option = inutile).
Ta deuxième option, me continue-t-elle en lisant le dernier paragraphe du dossier qu’elle me remettait, celle que je te conseille, c’est de quitter le pays (comme il est dit dans le rapport) et de revenir ensuite ».

Je suis resté bouche bée quelques seconde et je lui ai dit un truc difficile a traduire « Pero son puras mamadas », ça veux dire en gros « c’est de la connerie de merde qui sert a rien ». Mais c’est beaucoup mais alors beaucoup plus grossier que ça en Mexicain. (mamada veut aussi dire fellation)

Elle me répond : « Pas de grossiertés STP » (C’est vrai que je suis dans un bâtiment fédéral)

« Excuse moi mais tu es en train de me dire que ma seule option c’est de rentrer en France et de revenir en tant que touriste et refaire une demande de changement de statut pour travailler »

« Non tu n’es pas oblige de rentrer en France tu dois « juste » quitter le pays. Tu peux aller au Guatemala si tu veux»

(Dans ma tête) Donc selon toi ma meilleure option c’est de faire environ 45 heures de bus A/R juste pour traverser la frontière en sens inverse et faire tamponner mon passeport en tant que touriste
Aussi dingue que ça puisse paraître c’était exactement ça…

Me voila donc purement et simplement expulsé du pays.

Je m’en vais donc au boulot, furieux, ne sachant quoi faire, et là, dans le taxi, ILLUMINATION !!!

Mec, tu as un A/R pour le Pérou pour aller voir Soazic (une copine de prépa qui est à l’ESC Toulouse). J’avais acheté un billet en France au mois de mai dans l’espoir de lui rendre visite et il se trouve que cette idée de génie allait convertir cette journée de merde en la meilleure nouvelle du mois. Imaginez-vous, je DOIS quitter le pays, c’est écrit noir sur blanc sur les papiers de l’immigration, personne ne peut s’opposer a ça. Mon bosse est bien obligé d’accepter de me laisser quitter le pays sinon c’est l’expulsion manu militari en bonne et due forme.

Je m’empresse d’envoyer un mail à Soazic pour lui expliquer la situation.

 

Université


Y'en a certains qui me demande comment se passe les cours ici et bien je vous répondrai que ça se passe bien, voir très bien. Plus sérieusement les cours c'est assez spéciaux ici, j'ai pas mal d'anecdotes mais je vais d'abord vous expliquer (vite fait) le fonctionnement général. En fait, le matin mon Université est réservée à la Preparatoria, cad l'équivalent du lycée en France. Ce qui explique que je ne commence jamais les cours avant 16h. Ensuite au niveau des notes ici ils sont notes sur 100 et il faut obligatoirement avoir 70% pour valider la matière, sinon c'est rattrapage au cuatrimestre suivant et le pire c'est qu'il faut payer une somme coquette pour pouvoir passer les dits rattrapages. Il y a 3 Exams par cuatrimestre dans chaque matière qui compte pour 70% et les 30% restants sont repartis en petites interros ou en participation en classe. En ce qui concerne la participation c'est vraiment des gamins, j'ai parfois l'impression d'être retourné au CP car les élevés vont voir la prof pour faire signer sa participation a la fin de son cahier et pourquoi pas une image et un bisou pendant qu'on y est?! Les absences sont une autre des nombreuses blagues de l'organisation académique de mon Université. On a le droit de sécher dans le cuatrimestre le nombre d'heure qu'on a par semaine dans la matière multiplie par 2. Exemple: J'ai 3 heures de Desarrollo Social par semaine, donc je peux sécher 6 heures dans le cuatrimestre. Tout cela est évidemment théorique puisque en temps qu'étranger et beau parleur il y a 4 des 7 profs que j'ai qui m'ont dit qu'ils m'enlèveraient des absences si celles-ci dépassaient le quota vu que je voyage pas mal. Les cours durent 50 min, vous enlevez les 5 min de retard AUTORISEES par le règlement, le temps de faire l'appel, que le prof se mette en place et les bavardages intempestifs (et je pèse mes mots) et au final vous avez un cours d'environ 30 min. Ici rares sont les profs qui arrivent a se faire respecter et décrocher son téléphone en plein cours ne pose de problème a personne... Tout mes cours sont en Espagnol excepte celui de Distribucion Internacional et d'anglais évidemment mais c'est pas trop complique a comprendre. Ici ils ne sont pas très rapides et la plupart des étudiants ne prennent pas de notes. Au final les mexicains viennent de temps en temps nous voir pour savoir ce qu'il y a faire pour le prochain cours...c'est le monde a l'envers. Un autre truc qui est assez choquant, c'est que plusieurs profs corrigent les exams pendant le cours suivant! Au final c'est 50 min pour tchatcher et tu récupères ta copie en sortant...Je dirais que attendre sans rien faire de productif est un sport national, que se soit a l'école, dans la rue et je suppose au boulot. Une anecdote assez marrante, le jours de l'exam de desarrollo social, la prof entre et dit a tout le monde:"Ceux qui veulent faire l'examen vous restez, ceux qui ne veulent pas vous pouvez sortir et je vous met 80%!" Je vous jure que ce n'est pas une blague, c'est du vécu. Les examens de Patrimonio Turistico Nacional sont aussi assez drôles, il faut apprendre les régions et leurs capitales, les montagnes, les fleuves et des spécialités spécifiques aux 31 régions qui composent le Mexique aussi bien au niveau des spécialités culinaires, les ferias etc. Autant vous dire que c'est le genre d'exercice que je déteste, apprendre des trucs par coeur c'est pas mon dada. Mais c'est pas grave car figurez-vous que la plupart du temps, une âme charitable de la classe se charge d'imprimer en 30 exemplaires tout le cours en police 1 pour vous faire une antisèche comme vous en avez rarement vu. Il y a quand même deux choses qui m’échappent. La première c'est comment la prof fait pour ne pas se rendre compte que 95% de la classe a une gruge de la taille d'une feuille de papier et la deuxième c'est pourquoi des étudiants qui étudient le tourisme a l'Université apprennent des trucs aussi basique? Si je me souviens bien les fleuves, montagnes et régions françaises, j'ai vu ça entre le CM2 et la 6eme. En gros l'Université ici m'aura apporter 3 choses: Améliorer énormément mon Espagnol Mieux connaître l'histoire géo du Mexique Rencontrer les personnes qu'il faut pour sortir et voyager autour de Querétaro. Sinon la plupart des matières sont soient inutiles ou alors j'ai déjà vu le sujet a l'ESC. C'est dans ces moment la qu'on béni la France pour son système scolaire et je peux vous dire que quand je vois au info le bordel que font les étudiants français pour leur CPE ça me fait doucement rigoler. Enfin, il faut bien que notre réputation de Français vienne de quelque part. J'ai l'impression que j'oublie plein de choses au sujet du bahut, ca sera pour la prochaine fois.

 

Puerto Vallarta: toute une histoire




Le mieux c'est que je commence par le début:} Il y a trois semaine on est allé a Puerto Vallarta (une plage sur la cote Pacifique) Il y a une quarantaine d'allemands qui on passe un mois dans l'Université ou je suis, ils avaient bien organise leur voyage et comme il restait qqs places les 6 français malins se sont incrustes ainsi que 4 Mexicains. On est donc parti un vendredi soir en bus pour un trajet qui devait durer 12h. Le voyage a été plutôt épique, ça m'a rappelé les départ pour les WE d'intégration. Je vous fais pas un dessin, je suppose que vous avez bien compris qu'on a joue toute la nuit à la belotte quoinchée en sirotant des menthes à l'eau. Le lendemain vers 9h, j'émerge et jette un oeil par la fenêtre, on roule a cote de la jungle, pour info c'est dans les hauteurs de Puerto Vallarta dans les grandes étendues de forets qu'ils on tournes Predator avec Schartzy, certes c'est pas une référence mais bon... On arrive a l'hôtel vers 13h, c'est a dire avec a peine 4h de retard sur l'horaire prévu mais c'est des heures mexicaines, on fini par s'habituer. C'est les Mexicains qui avaient fait le nécessaire pour les réservations et on s'apprête a passer 3 jours et 2 nuit dans un 3 étoiles "todo incluido" cad petit dej, déjeuner, dîner et évidemment alcool a volonté de 11h du mat a 22h...Bref le genre de vacances qui te tue la santé... Par chance ce WE la, c'était les Springs Break des Canadiens, par malchance, la plage de notre hôtel était voisines d'un restaurant bar gay. J'ai vraiment rien contre les gays mais c'est juste que je m'attendait à voir plus de bikini que de moule bite en Strass et paillette. Ca nous a pas empêche de triper d'autant plus que les Allemands étaient super sympa. Le deuxième jours, a 10h55, on était tous au petit dej (évidemment vu qu'ils arrêtaient de servir a 11h) puis je suis allée faire un foot avec les Allemands, alors qu'on jouaient tranquillement dans la mer avec de l'eau jusqu'au genoux, Malte, un des allemands, pousse un cris et sort de l'eau a cloche pied. Malte mesure 1.85m et doit peser dans les 85kg, je dis ça juste pour vous dire que c'est pas le genre de mec qui dit qu'il a mal si il a pas très très mal. On la donc rejoint sur la plage et il nous montre son pied, il venait d'être piqué par une bête...mais quoi? Un marchand de bijoux en argent, comme il y en a beaucoup sur la plage, s'arrête, non pas par curiosité mais vraiment pour nous filer un coup de main et il me dit que ça doit être "une Manta Raya" j'ai eu beau réfléchir j'ai pas trouve d'autre traduction que Raie Manta, mais de 1 je pensais que ce genre de bebette vivaient très loin dans les profondeur et j'ignorais que ça piquait. Toujours est-il qu'on étaient plutôt inquiet vu que Malte avait les larmes aux yeux et qu'il était devenu tout a coup très très pale. On appelle le docteur qui arrive en 15 minutes. Pour info pour atténuer la douleur il faut mettre le pied dans de l'eau chaude avec du sel et je vous jure que ça marche. Le docteur nous confirme que c'est une raie manta mais que Malte n'est pas en danger. La douleur est horrible, mais c'est normal...nous voila "rassure".Il sort une seringue avec une aiguille qui fait froid dans le dos tellement elle était large. Il fait environ 6 injections dans le pied en mettant un coup à chaque fois pour faire pénétrer la seringue. On était 4 dans la chambre, 2 Allemands, le flic de l'hôtel qui tenait la main de Malte et moi. Ensuite le docteur dit (en Espagnol évidemment) "ça c'était l'anesthésie, maintenant je vais injecter l'antidote a l'endroit exact ou a pique la Raie"...Vu qu'il n'y a eu aucune réaction de la part de Malte a cette annonce j'en déduis qu'il n'a pas compris et je lui traduit la triste nouvelle en anglais. Finalement tout est bien qui fini bien, après l'injection le docteur lui file un doliman et lui dit qu'il peut s'en problème retourner sur la plage jouer au foot et siroter des marguarita. C'est quand même beau la médecine mexicaine! Ca restera une sacrée anecdote, d'autant plus que le docteur nous a dit que ce genre d'incident n'arrive pas plus de 5 fois par an sur les plages de Vallarta. Quel veinard ce Malte. Il a finalement suivi a la lettre les conseilles du médecin pour sa convalescence...comme nous tous d'ailleurs. Le soir venu, avec Faustine et Perrine on a scouaté la plage avec les 3 fameux Allemands, puis on a fait un tour en boite en montant dans le coffre de la camionnette de 4 mexicains que nous connaissions...pas du tout. Bref c'était sympa, on est finalement rentre vers 5h après le traditionnel tacos de fin de soirée, un régale. Le seul regret que je garderais de Vallarta c'est qu'on a trop fait nos pantouflare, entre l'hôtel, la plage et les boites on a pas trop visite les environs et je crois qu'il y a pas mal de truc très sympa a voir. Qu'a cela ne tienne, très me fait une excuse pour y retourner. on est reparti le dimanche vers 21h, l'ambiance était beaucoup, beaucoup plus calme qu'a l'allée, heureusement d'ailleurs car au bout de 2 heures de route le bus s'arrête, un militaire armée d'un mitraillette monte. Il vient faire le font du bus, montre mon sac du doigt et dit "A quien es esta mochila?" Je lui montre mon sac qui ne contenait rien de plus qu'un paquet de chips, une bouteille d'eau un appareil photos et 3 capotes, ensuite il a fouille deux autres sacs et il est rentre brecouille... J'ai pas mal de retard dans les news, ensuite Astrid est arrivée et on est allée a Acapulco. Sinon qquns d'entre vous m'ont demandaient comment se passaient les cours. La aussi c'est toute une histoire du coup je vais en rester la pour ce mail car c'est bien connu, trop de nouvelles tuent la nouvelle.

 

Pérou-Bolivie





Me voila de nouveau au Mexique depuis presque deux semaines.

Le petit voyage « organisé » par l’immigration Mexicaine a été très sympa.
Je suis parti à Lima (Pérou) le mardi 22 Août dans la soirée. J’ai retrouvé Tiphaine le jour suivant et on a passé la journée à faire du shopping c’était bien cool.
Le soir même j’ai pris un autre avion, direction La Paz (Bolivie). Le changement de température et d’altitude fait un petit choque, 4000 m d’altitude et un petit 2° à mon arrivée a 1h00 du matin. Direction un hostal pour une fraîche nuit de sommeil…

Le lendemain visite de La Paz.
La capitale la plus haute du monde fait plutôt penser à un village perdu dans la montagne avec son million d’habitant. Ce qui est impressionnant c’est que cette ville est dans une cuvette à l’intérieur de la montagne mais la cuvette est tellement profonde que les alentours s’élevé a plusieurs dizaines de mètres ce qui donne l’impression quand on est au centre d’être dans un stade surdimensionnés. Je crois que la mode vestimentaire à peu voir pas du tout changé depuis l’invasion des espagnols il y a plus de 500 ans. Les robes longues bouffantes et les chapeaux melons sont monnaies courantes. On va encore dire que je critique mais la Bolivienne de base aura du mal à rentrer dans une mini Cooper. La pauvreté fait que le régime alimentaire vise plus à la quantité qu'à la variété et l’absence quasi-totale d’activité physique n’arrange pas les choses. Toujours est-il que comme la majorité des habitants d’Amérique Latine ils n’en sont pas moins très aimables.
Pas le temps de traîner, dans l’après midi je prend un bus direction le fameux Lac Titicaca…
Le paysage depuis le bus est surréaliste, la couleur jaunâtre de l’herbe fait penser a des étendus désertique qui contraste avec les chaînes de montagnes couverte de neige qu’on voit au loin.
Au bout de 2h de heures de route on commence à apercevoir le Lac qui n’en fini pas de s’étendre sur des kilomètres. Nous arrivons finalement à un port minuscule dont j’ai oublié le nom, les passagers s’entassent dans un petit bateau à moteur alors que notre bus embarque a bord d’une barque en bois géante et nous suit de loin avec tous nos bagages…
De l’autre coté de la rive nous remontons dans le bus pour terminer le périple qui nous emmènera jusqu’à Copacabana, un presqu’île sur les rives du lac. Dans le bus j’ai rencontré deux Niçois bien sympa avec qui j’ai dîné et partagé la chambre d’hôtel.
Le lendemain debout 7h.
D’un coup de bateau je pars visité un île du Lac habité depuis des siècles par les différentes civilisations qui se sont succédées jusqu’aux Incas et sur laquelle vivent toujours plus de 3.500 personnes. Le cadre et la vue sont impressionnants, le lac est a une altitude de 2500m ce qui en fait, selon mon guide, le lac navigable le plus haut du monde (on est bien d’accord, ça veut rien dire du tout). Pour la petite histoire le Lac Titicaca s’appelait initialement Titi-Klakla ce qui veut dire en langage aymavala puma et lièvre. La prononciation étant trop difficile pour les conquistador, ces derniers l’on rebaptisé Titicaca le rendant ainsi inoubliable pour tous les élèves qui on appris son existence en cours de géographie…

De retour à Copacabana je prend un bus pour Puno, nous traversons la frontière ; Joie ! Aucun problème avec aucun des deux postes migratoires bolivien et péruvien situé à a peine 100 mètres l’un de l’autre. La halte à Puno ne dure que 4 heures, juste le temps de visiter les îles flottantes Uros. Un grand moment :
Ces îles sont fabriquées par leurs habitants grâce à des herbes et des racines qui poussent sur le lac. Il leur faut en moyen 4 à 5 mois pour fabriquer une île qui aurait une espérance de vie d’environ 40 ans. Ensuite on prend les mêmes et on recommences. En général 5 familles vivent sur chaque île avec une cabane dune 10aine de m2 par famille. Il va sans dire tout ça sans eau potable, sans électricité et avec les mesures d’hygiènes qui vont avec. Un des rares avantage est le fait de ne pas payer d’impôt et de ne pas souffrir de la circulation automobile. Maigre compensation…Les seules ressources de ces habitants sont la pêche et depuis récemment le tourisme. On compte une cinquantaine d’îles de ce type sur le lac (coté Péruvien) regroupées dans une même zone, une dizaine refuse que des touristes viennent les déranger dans leur paisible habitat. Ils ont aussi eu l’idée assez récemment d’encrer les îles au fond du Lac. Imaginez avant ! La famille part à la pêche toute la journée et en rentrant le soir. Merde chérie je sais plus ou j’ai garé notre île ! Riez pas c’est vraiment arrivé.

De retour a Puno le temps de se faire un resto avec deux Uruguayennes et un pti Suisse et nous voila de retour a la centrale d’autobus direction : Cusco.

Je me suis dit que voyager de nuit était une bonne idée car ça m’évitait de perdre une journée de transport, quelle brillante idée. Premièrement, les bus péruvien n’ont pas le confort des bus mexicains. Deuxièmement, j’ai déjà taillé sur le physique des Boliviennes, de leur coté, les Péruviennes on les sent venir si vous voyiez ce que je veux dire. Les enfants dormaient par terre, les adultes ronflent à tout va et moi…j’avais rien d’autre a faire que de profiter du spectacle.
Arrivée a 4h00 du matin avec une heure de sommeil à mon actif je vais direct dans un hostal pour finir ma courte nuit.
5h plus tard je fais un petit tour de l’ancienne capitale Incas qui est de loin la plus belle ville que j’ai vu pendant ce voyage. Le problème c’est que, toujours selon mon guide, il faut 4 jours si on veut vraiment voir toutes les belles choses de Cusco. Détail: mon j’avais 5 heures…
Je me renseigne pour aller sur LE site que je voulais faire : Machu Pichu. Simple comme bonjour pour aller là-bas. Une voiture t’emmène à Urubambo, de la tu prends un colectivos jusqu’à un patelin au nom imprononçable. Les colectivos c’est ces mini vans dans lesquels tu crois que seulement 15 personnes peuvent rentrer et au final quand tu arrives a destination 25 personnes descendent. Puis pour finir un train t’emmène a Aguas Calientes qui est le village le plus proche du Machu Pichu (Aguas Calientes n’est pas relié par la route, ce qui explique que le train ou la marche à pied soient les deux seuls moyens de locomotion).
Dans le train je tombe sur une bande de Ricains bien tranquille que je retrouverai le lendemain sur le Machu Pichu.
J’arrive donc a Aguas Calientes, et je me couche dans un petit hostal.
Je me lève à 5h15 du mat (oui 5h15 !!!), j’avais RDV avec mon guide qui n’est jamais venu. J’appelle la responsable qui m’a vendu le tour qui bien sur me raconte une belle histoire pour m’expliquer que c’est pas de sa faute. De toute façon ça servait a rien de s’énerver, guide ou pas guide me voila dans le bus pour Machu Pichu.
Arrivé en haut la première chose qui te vient à la bouche c’est un truc du genre :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Ensuite tu sors l’appareil photo et tu mitrailles. Je pourrais vous saouler en vous disant tous les superlatifs de mon vocabulaire mais à quoi bon. Je crois que la seule raison pour laquelle Le Machu Pichu ne figure pas dans les merveilles du monde est sa découverte tardive (1911).
Après un rapide petit tour des ruines environnantes j’entreprend l’ascension de la montagne que vous voyez en arrière plan du cite. 500 m de dénivelé avec des une chute de prêt de 800 mètres si on loupe une des marches. D’en haut la vue est magnifique et l’horaire très matinal fait que la zone n’est pas encore envahie de touristes. Je redescend vers 12h pour admirer plus en détails le cite.
A 14h retour à Aguas Calientes, extenué mais des images plein le tête.
Un petit dîner dans le seul resto français du coin, tenu par un type du Rhône qui vit ici depuis 27 avec sa femme Péruvienne. A 18h retour a l’hostal pour le repos du guerrier.

Mon dernier jour a été une vraie course contre la montre. Même chemin qu’a l’allé, train, bus et colectivos pour rentrer a Cusco. De Cusco j’avais deux options : prendre un avion et être à Lima en moins d’une heure ou prendre un bus pour un trajet d’environ 25h…Mon porte-monnaie a fait un peu la tronche, forcement c’était le premier billet d’avion que je payais plein pot de toute ma vie mais j’étais un peu dégoûté du bus ces derniers temps, allez savoir pourquoi.
Juste le temps de passer a l’agence de voyage expliquer a la responsable ce que je pense de son organisation et de ces 20% de commissions. Comme je vous l’ai dit en Amériques Latines ça sert a rien de gueuler mais parfois, qu’est-ce que ça fait du bien ! Je suis pas Français pour rien !

Une heure plus tard et 1000 km plus loin j’atterri a Lima. J’ai une 10aine d’heures d’attente avant mon vol du soir pour Mexico, je laisse mon sac a la consigne et je pars en Taxi faire un tour de la ville. Par chance je suis tombé sur un des rares taxis honnêtes de la capital, du coup je l’ai gardé toute la journée.
Visite du musée de l’or, un petit tour sur la plage, la place principale et Mc Do version Péruvienne.
De retour a l’aéroport je récupère mon sac (je ne m’apercevrai qu’une fois a Mexico qu’à la consigne il avait eu la délicate attention d’inspecter l’intérieur de mon sac pour y prendre les seuls objets de valeur a savoir mon portable et mon chargeur de batterie d’appareil photo…Le portable je m’en fichait il marchait plus mais le chargeur c’était une autre histoire).
J’arrive a Mexico à 8h00 du mat a Mexico, direction Querétaro, puis a 12h00 je suis au boulot…

Conclusion :
Voyage de ouf, un petit goût de trop peu mais j’était assez content d’avoir converti cette expulsion en un road trip improvisé. Beaucoup de souvenir et surtout l’envie de visiter d’autres parties de l’Amérique, à la prochaine expulsion peut être…

Epilogue :
La fameuse question est :
Et alors avec l’immigration la situation est-elle réglée ?
Je dirais oui et non…Là j’ai un VISA touriste valable 90 jours, si je veux un VISA de travail je doit débourser 150€, ce VISA est valable un an mais moi je voulais rester que jusqu’à Décembre. Du coup je vais rester ici 3 mois et pas un jour de plus en travailleur illégal. Du coup vous allez me voir rappliquer en France un peu plus tôt que prévu genre fin Novembre…


Je vous fais des gros bisous à tous.

Edouard.



PS :
Merci Papa d’avoir envoyé le chargeur a mon coloc
Merci Tif pour tous tes conseils qui m’ont été bien utiles
T’inquiète Soaz ça n’est que partie remise.

 

Plages: Ixtapa-Zihuatanero




Si vous avez suivi les episodes precedents vous savez qu'on devait partir a Puerto Ballarta qui est une station balneaire situe a 12h de bus de Queretaro. Le truc c'est qu'avec Faustine et Perrine on s'est renseigne et les tarif hotelier ne sont vraiment pas donne. Le mercredi un gars de l'Universite nous propose de nous emmene avec Jhony (toujours sur les bons coups) a Accapulco pour scouater la maison d'un de ces potes. Il l'appele, visiblement c'est pas gagne et il ne nous donnera la reponse que le lendemain cad 24h avant le depart... Finalement ce n'est pas possible, mais j'espere que ce n'est que partie remise. Vendredi soir apres les cours on appele les hotels les moins chers qu'on trouve sur le net pour finalement reserver une chambre pour 3 du samedi au lundi.Au telphone une femme m'annonce un prix derisoir: 350 pesos pour les 3 par nuit (environ 30E) et pour 50 pesos de plus on a l'eau chaude et la clim! Au diable l'avarice on prend la formule "grand luxe". On a pas de temps a perde car il est deja 9h00, le bus part a 23h30: RDV sacs sur le dos a 23h au terminal de bus... Une fois la bas on achete in extremis les dernieres place et on s'installe pour un voyage qui va quand meme durer 9h. Le bin's c'est qu'il y a un arret toutes les 2 heures et qu'a chaque fois le chauffeur rallume toutes les lumieres. De toute facon avec les 2 gros Mexicains qui ronflent derriere moi c'etait meme pas la peine de penser a faire une bonne nuit de sommeil... J'ai oublie de vous dire que nos amis mexicains nous avaient deconseille de partir a cette epoque de l'annee car le temps est, je cite."pas terrible" On est arrive a 8h10 du matin et il faisait...27 degres, ils me font bien rigoler les mexicains, ils faudrait les envoyer aux Touquet en plein mois de Juillet ils comprendront la definition du mot "pas terrible". On s'installe vite fait a l'hotel, on est d'ailleurs agreablement surpris, bon on a vue sur une courre avec des poules et des chiens et pas sur la plage mais pour le temps qu'on va y passer... Direction la plage. A partir de 9h30 on fait les crepes sur les transates d'un restaurant. Sable blanc et vue sur l'horizon avec les montagnes autour. C'etait une journee de plage relativement similaire aux journees de plage francaise a la difference que des vendeurs ambulant nous propose bijoux en argent, sac en pagne, massage etc. Les filles on fait une initiation au Jet Ski quant a moi je me suis laisse tenter par une seance de massage d'une heure pour recuperer de cette dure journee... On est reste jusqu'au couche du soleilpuis on est alle a Ixtapa qui est une petite ville par terrible, ils n'en parle meme pas dans le guide du routar. Ya juste qqs hotel de luxe et des magasins pour touriste americains. Voyant que la plupart des bars/boite allaient de 7 a 77 ans pour une clientele americaine qui visiblement affectionne l'ambiance "fete a neuneu" on a fait ce que tout bonne ESCeen qui se respecte aurait fait cad acheter un pack de bierre qu'on a sirote tranquillement sur la playa... On est rentre sagement vers 00h30 Le lendemain nous sommes alles sur une autre plage que nous avait conseille un couple du Costa Rica et on a vraiment pas ete decu. Une eau turquoise avec des fonds plein de coraux et de poissons multicolors. Avec les masques et tubas prete par le resto dans lequel on avait elu residence pour la journee on a passe la moitie de la journe a faire la planche sur le ventre. Resultat. Coup de soleil pour tout le monde! Sinon rien de special on alterne entre bronzette, plonge, plonge, bronzette, un pti tacos de longouste histoire de reprendre des forces etc. Bref le calvaire... Vers 16h00 on etait entre "a poing" et "bien cuit" alors comme 3 pepes chacun se cherchait un petit coin d'hombre histoire de ne pas bruler les derniers centimetres carres de notre corps qui n'etait pas encore rouge. Vers 18h nous attendions un certain Raymond qui devait venir nous chercher avec une banane tractee par son bateau etant donne que notre plage etait relativement loin du cntre ville et plutot ificile d'acces par les roches.On l'attend toujours... On s'est donc resigne a rentrer a pied et on est arrive pile poil sur l'autre plage pour notre deuxieme couche de soleil du WE. On avait tout les trois nos MP3 sur les oreils et la larme a l'oeil avec ce spectal de la nature.Ah ces pti Francais qui s'amoustille d'un rien! On a bouffe dans un boui boui local et on est rentrer a l'hotel appaiser nos blesurer a grande quantite de creme Nivea. Pour finir soiree TV. Le lendemain on a decide (une fois de plus a la derniere minute) de ne pas prendre le bus de 15h comme prevu mais celui de 20h, j'ai donc du negocier avec la gerante pour qu'elle nous laisse la chambre 5h de plus et elle etait pas contente du tout! Je lui ai dit qu'on dvait pouvoir s'arranger, je lui propose 200 pesos de plus, elle hesite 5 seconde. "d'accord mais je ne fais pas le menage" Dure en affaires l'octagenaire... Sinon rien de special pour notre dernier jour, on a pris le bus a 20h et on est arrive a Queretaro le mardi a 5h30. La temperature n'etait pas la meme. A 16h on est alle en cours et on a bien fait marrer les Mexicains avec nos tete d'ecrevisse. Voilou, ca s'etait le WE dernier, la on est vendredi et demain je pars avec ma classe de tourisme a Mexico. Je ne manquerai pas de vous faire un pti compte rendu. Je vous souhaite un super WE a tous et je vous embrasse. Doud PS: Les photos font assez mal alors c'est a consommer avec moderation...


 

Mois de mai retour à Quéretaro



Je suis de retour au Mexique depuis bientôt deux mois. J’ai trouvé un stage de commercial/responsable qualité, bref c’est une petite boite, du coup je fais un peu tout et surtout n’importe quoi. Sérieusement c’est intéressant et mon boss est un Américain du coup j’ai du me remettre a l’anglais…Mon contrat est pour jusqu'au 5 Décembre et je compte rentrer pour le 15 au plus tard (promis frangine).
a
Récemment, vendredi dernier pour être précis la secrétaire a démissionné, et comme je suis le seul de la boite a ne pas être un ouvrier devinez qui la remplace en attendant qu’on trouve quelqu’un d’autre ? De toute façon je ne pouvais pas dire non et c’est un mal pour un bien puisque du coup j’ai le temps de vous envoyer un petit mail !
Fini le temps des grâce mat jusqu'à midi mais bon je vous rassure on continu a passer du bon temps.

Mon ordi est tombé en rade, je vous raconte pas la galère, coup de bol la garantie marchait encore et (pour une fois) les mexicains ont été d’une rare efficacité. En moins de dix jours l’ordi était livré au boulot en parfait état de marche. Merci IBM Mexico…

Sinon j’ai aussi trouvé un appart, je suis en coloc avec Malte, un allemand (celui qui c’était fait piquer par la raie à Puerto-Vallarta) et un mexicain. L’ambiance est vraiment cool par contre notre proprio est un blaireau et avec lui il nous arrive que des merdes. Au moment d’emménage Mooosieur ne nous avait pas donner les bonnes clés, on nous a coupe l’électricité au bout de deux semaines parce Mooosieur n’avait pas payer les factures depuis 3 mois et on a pas eu d’eau chaude pendant 2 semaines…Mais le plus incroyable c’est que c’etait jamais sa faute. Bref le proprio Mexicains dans toute sa splendeur. Du coup on est allé dans son bureau avec Malte (1,85m 80kg) moi pour la discussion et lui pour l’intimidation et dans ce genre de situation je vous assure qu’on fait vraiment une bonne équipe. On lui a explique gentiment que nous, on était pas des Mexicains et que les excuses bidons qu’il nous servait a chaque il pouvait se les carrer ou il voulait. C’est marrant comme quoi après une petite conversation les choses peuvent s’arranger rapidement.

L’immigration me fait tourner en bourrique, chaque semaines je vais chercher des papiers qui évidemment ne sont jamais prêt mais ça aussi c’est le genre de trucs auxquels on s’habite et avec lesquels j’ai même plus envie de m’énerver. Du coup ça va faire un mois que je n’ai pas de VISA.

Comme je trouvais que c’était abusé de demander une augmentation a mon boss pour le coup de la secrétaire je me suis contenté de demander un jour de congé, du coup je me fait un WE a la plage a partir de jeudi prochain.

Voila pour les dernières news du Mexique, le pays ou chaque jour est une surprise, chaque surprise une galère et chaque galère une excuse pour faire la fête.

J’espere avoir quelques news de votre cote parce que a part ebay et la SNCF j’ai pas beaucoup de mails qui arrivent de l’hexagone.

Je vous fais des gros bisous a tous.

Edouard.

PS : Merci pour ton mail Pilou, ça m’a mis la motiv pour écrire celui-la.
PS : Avis à tout ceux qui m’ont dit qu’ils étaient motiver pour venir, je les attend de pieds ferme. Et ceux qui ne l’ont pas dit…et ben je les attends aussi !!! Non mais…

 

Chiapas





Je vous est pas trop donne de news ces derniers temps car Astrid est venu, ont a été a Mexico et a Acapulco, ensuite mes parents et Hélène (ma frangine pour ceux qui ne suivent pas) sont venu puis les exams ont suivi et du coup j’ai pas trop trouvé le temps. Bref, la je rentre de 10 jours dans le Chiapas et il faut que je vous raconte. Je préfère prévenir ça risque d’être assez long donc si t’as pas le temps laisse ce mail de cote. On est parti Jeudi 7 à 5 français avec deux jours d’avance sur les vacances officielle de la Semana Santa: Charline, Faustine, Malthilde et alex son copain. On est parti a 12h pour Mexico (enfin moi j’y suis parti a 14h car j’ai eu qqs problème de réveil). Bref de Mexico on par pour Tuxcla Gutierez qui est la capital du Chiapas. On arrive à 5h du mat après 14h30 de bus. On se fait déposer en Taxi devant l’hôtel, il nous laisse a une 100aine de mètres de l’hôtel devant une interdiction de circuler car la moitie de la route était tombée en contrebat dans un fosse (on est mis direct dans l’ambiance). Je vais peut être vous dire 2 ou 3 trucs sur le Chiapas qui sont important a savoir : Le Chiapas est situe tout au Sud du Mexique a la frontière avec le Guatemala. Pour faire simple c’est l’état où vivent les Indigènes qui représentent 30% de la population mexicaine. Avec ses ressources, l’Etat du Chiapas pourrait fournir en énergie et en vivres tout le pays mais c’est aussi un des Etats les plus pauvres. La révolution Zapatiste depuis le début du siècle n’arrange pas les relations avec le gouvernement. Dirigée actuellement par le Commandant Marcos, l’EZLN (Ejercito Zapatistas de Liberacion Nacional) existe depuis le fameux Emiliano Zapata qui lancera le mouvement en 1907… La révolution se veut actuellement pacifiste même si les Zapatistes sont nombreux au sein du Chiapas et qu’il existe de nombreux campements facilement cachés dans la jungle. Ya une petite carte du Chiapas a la fin du mail si vous voulez vous repérer un peu. Le Vendredi on part à 9h pour voir le Canon del Sumidero a 30 min en minibus. On retrouve 5 amis français et on prend notre petit bateau pour naviguer dans le canon. Très sympa, on était une quinzaine dans la barque, accompagné par un couple de Mexicaine qui on réussi a s’enfiler 16 canettes de bière entre 11h et 15h (respect, ça fait un peu plus de 4,5L a deux…). Sinon on a vu un croco, des falaises hautes de 100m, la jungle tout autour, bref sympa, je vos laisse voir les photos… On s’est fait une bouffe qui nous a coûte 300 pesos cad 2 Euros par personne puis rien de spécial jusqu’au soir (Tuxcla est la capital et il y a plus de 500 000 habitants mais pas un bar dans le centre un vendredi soir !!!) On va donc boire un verre dans notre hôtel avec les Francais. Samedi direction San Cristobal de la casas (2h00 de bus). Changement de décor, petite ville très sympa (de quand meme120 000 habitants). A notre arrivée on se fait accoster par un jeune qui nous propose son auberge de jeunesse, après avoir pris quelques renseignements on le suit et on arrive dans un hostal plein d’étrangers entre 20 et 30 ans et une forte odeur de Marijuana plane dans tout l’immeuble. Bon évidemment on a découvert les mauvais cote du style il y a 4 Toilettes-Salle de bains qui n’ont pas de fenêtre pour une trentaine de clients (je vous laisse imaginer l’odeur), pas de fenêtres dans les chambres n’on plus mais bon pour 3 jours et a 4 € la nuit on a pas fait les fines bouches. On visite la ville vite fait avant de retrouver des gens dans un bar, puis un resto suivi d’une boite, retour 3h30 et même a cette heure comme pendant le reste de la journée, il fait une chaleur et une humidité de dingue. On part vers 10h visiter Chamula, un village Indigènes aux coutumes étranges, par exemple ils boivent du Coca sur la place de l’église pour roter afin de se purifier de l’intérieur. Les villages indigènes sont toujours très pauvres, les indigènes fabriquent des vêtement, des objets, des souvenirs, des tapisseries qu’ils vendent aux touristes a des prix dérisoires qui ne donnent même pas envie de négocier. Il est interdit de prendre des photos a Chamula, ça vous coûte dans les 1200 pesos d’amende (100€) c’est dommage car un village Indigènes c’est tellement typique mais bon…Ensuite on a prix un collectivos, les minibus de ville on il y a 15 places mais ou le chauffeur fait monter 22 personnes. On part visiter une grotte, rien de spécial, c’était un grotte… On rentre manger un morceau puis direction l’hôtel a 23h car demain debout 7h pour voir les lacs de Montebello a 2h de bus/taxi/collectivos de San Cristobal. Le lendemain, le pauvre Alex qui n’avait pas quitté les toilettes de la nuit est resté à l’hôtel avec Mathilde. Par chance on a retrouve les autres Français là-bas mais par malchance il faisait pas beau donc les 16 lacs qui sont censé être bleu, turquoise, vert, violet ou rose avaient tous l’air plutôt gris. Du coup on s’est fait un petit tour a cheval dans la foret et basta. Pour notre dernier jour à San Cristobal on a fait les marchés, le vendeur de hamac nous propose une balade en cheval dans la montagne pour aller prendre des champignons hallucinogènes! On a le goût de l’aventure mais faut pas abuser. A 17h on prend le bus pour Ocosingo qui se trouve a 2h de route de montagne. Il parait que la route était bien sinueuses avec a gauche une falaise et a droite un précipice mais ça n’empêche pas le chauffeur de rouler a fond. Moi j’ai rien vu je dormais… On chope notre hôtel et après qqs tarots et une bonne nuit de sommeil on part visiter les ruines de Tonina. Un garçon d’environ 9 ans nous suit, visiblement il voulait nous servir de guide mais vu qu’il ne disait pas un mot et qu’il ne répondait a aucune de nos question on lui a filer 15 pesos et il est parti…C’étaient les premières ruines en pleine jungle et en pleine montagne qu’on voyait. Pour info les experts disent qu’environ 60% des temples et ruines de l’époque des Mayas n’ont pas encore été découvert au Chiapas. Et quand on voit la jungle qu’il y a dans cette région on comprend facilement pourquoi. On est rentre sur Ocosingo avant de prendre notre bus dans ce village de 30 000 habitants on voit qu’ils n’ont pas trop l’habitude de voir des étrangers. On se faisait dévisager de la tête aux pieds par tout le monde. C’était plus par curiosité car au Chiapas il y a peu voir très peu d’Américains. Le Chiapas est théoriquement encore en Révolution bien qu’elle soit pacifiste alors vu que les Ricains boudent Paris quand ya 200 voitures qui brûlent ils vont pas se promener en Zone rebelle au fond du Chiapas. On prend le bus (et oui encore 1), direction Palenque, notre dernière étape. On retrouve les 5 Français dans un hôtel genre Bungalow Clud Med mais en plein milieu de la foret tropical avec en guise de fenêtre des moustiquaires géantes. Toute la nuit au milieu des bruits de la jungle c’était assez folklo. Re-petite soirée entre Français dans leur bungalow. Le jeudi on va se faire qqs ruines (pour changer) puis on termine la journée tranquillement a siroter qqs bières au bar avec les Français Le Vendredi GROSSE journée : debout 6h, on avait réserve un tour pour des raisons de budget. Apres un copieux pti dej on arrive vers 9h sur un terrain vague. La on change de notre van tout confort contre une estafette qui date de Mathusalem mais qui a notre grande surprise arrive a bon port après 45 min de route en pleine jungle. On croise un terrain de gazon tout en longueur au milieu de nulle part qui doit servir de piste d’atterrissage (le fait qu’un avion de tourisme délabré se trouvait en bout de piste nous a mis la puce a l’oreille) Direction Comitlan pour un nouveau cite. On reste 1h puis on repart direction le Suchaste qui n’est autre que le fleuve qui sépare le Mexique de Guatemala. On prend donc une barque a moteur qui nous emmène sur un autre cite archéologique nommé Yakchilan (de très loin le meilleur) avec les singes hurleurs au dessus de nos têtes, qqs crocos dans le fleuve, des perroquets, des Iguanes et autres bestioles en tout genre. On rentre à l’hôtel pour notre dernière nuit dans la jungle Samedi : Journée ENORMISSIME On part (encore avec un Tour) direction Misol-Ha, Agua Clara et Agua Azul. La je vous garanti que les photos font très très mal. Misol-Ha est un site avec une énorme cascade d’une 30aine de mettre de hauteur et avec une grotte qui abrite une autre cascade intérieur. On aurait pu se baigner si on avait voulu mais on était un peu pressés par le temps. On part pour Agua Clara mais la, la tentation était beaucoup trop forte, on s’est jeté dedans direct. L’eau était dans les tons turquoise un truc de dingue ! En se rhabille direction Agua Azul et la on est reste la bouche ouverte, en partie car on a hallucine de voire des milliers de Mexicaines agglutinés les uns aux autres avec barbecue, 4*4, familles et tout le tralala mais surtout pour la beauté du site. Casi indescriptible, cascade après cascade après cascade d’une eau translucide qui fabrique naturellement des petits bassins sur des kilomètres et qui permet aux touristes Mexicains de ne pas se marcher dessus. On repart vers 16h en traînant les pieds car notre chauffeur nous attend. On rentre sur Palenque pour prendre un bus à 21h qui nous emmène sur Mexico DF. On est un peu nostalgique de rentrer mais avec des souvenirs plein la tête. Arrivée a Mexico le lendemain a 10h30, j’arrive finalement chez moi a Querétaro vers 15h… Bilan en chiffres : 35 heures de bus de route (dans 6 bus différents) Environ 10h de transport en Taxi/Collectivos/barque/camionnette/cheval 8 nuits d’hôtel (dans 4 hôtels différents) Une 10 aine de resto Une 50 aine de boutons de moustique pour Charline 7 sites archéologiques Des milliers d’Indigènes Coût total du voyage par personne : Moins de 400 Euro… Bref je conseille le vraiment le Chiapas, y en a pour tout les gouts. (A eviter quand meme pour une lune de miel) Voila pour les dernieres news. La je suis en recherche « intensive » de stage et je ne manquerai pas de vous tenir au courant. Bisous a tous,

Archives

septiembre 2006   octubre 2006  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?